Brigitte Engerer (1952-2012)

BBRIGITTE ENGERER (1952-2012)


be.jpg(cliché Mirare-Harmonia Mundi)

 

Dans le car qui les ramenait de Liège où ils avaient assisté à une représentation de Manon, les membres du Cercle Lyrique de Metz ont appris avec consternation la disparition de la pianiste Brigitte Engerer.

La plupart des médias ont rendu ou rendrons justice, mieux que nous ne pouvons le faire, à cette grande artiste. Née à Tunis en 1952, d’ascendance partiellement maltaise, Brigitte Engerer fut d’abord l’élève, à Paris, de Lucette Descaves. Lauréate du concours Marguerite Long-Jacques Thibaud, elle alla parfaire sa formation à Moscou, sous la houlette du grand maître Stanislas Neuhaus. Invitée par les plus grands orchestres du monde dont le Philharmonique de Berlin, à l’initiative d’Herbert von Karajan, Brigitte Engerer ne négligeait pas, pour autant, l’hexagone. Invitée régulière des Folles Journées de Nantes, elle fut, à plusieurs reprises, à partir de 1993, l’hôte de l’Arsenal de Metz et de l’Orchestre National de Lorraine. Les mélomanes messins se souviendront, en particulier, de l’interprétation d’œuvres concertantes de Chopin assez rarement jouées telles que les Variations sur l‘air de don Giovanni La ci darem la mano. Ils ont également en mémoire certains bis flamboyants tels que l’adaptation pour piano de la Tritsch-Tratsch Polka. En septembre 2009, sous la direction du Maître Jacques Mercier, la pianiste nous avait enthousiasmés avec une interprétation particulièrement brillante du Cinquième Concerto pour piano"égyptien" de Camille Saint-Saëns (voir la critique de Georges Masson)

Un très grand merci, Madame, pour ces moments de belle musique qui ont durablement marqué la vie culturelle messine. Vos admirateurs mosellans et lorrains ne sont pas près de vous oublier.

 

Jean-Pierre Pister