Ernest Blanc (1923-2010)

ERNEST BLANC 1923-2010

 

 

Le grand baryton français Ernest blanc s'est éteint le 22 décembre dernier dans la région bordelaise. Il était âgé de 87 ans. Né dans le Var le 1er novembre 1923, il fut d'abord ouvrier tourneur à l’Arsenal militaire de Toulon. Sa belle voix ayant été repérée par un de ses officiers, il fréquenta le conservatoire de cette ville et en sortit diplômé après à peine deux ans. Dès 1950 il se produisait dans le rôle de Tonio de Paillasse.

Commence alors une belle carrière française et internationale. Ernest Blanc est admiré pour son timbre somptueux, une clarté d'articulation exceptionnelle, des qualités d'acteur servies par un physique avantageux. Il est fidèle aux grands théâtres de l'Hexagone, en particulier du Midi. Il ne tarde pas à débuter à l'Opéra de Paris en 1954. En 1958, auditionné par Wieland Wagner, il incarne à Bayreuth le personnage de Telramund dans Lohengrin. Un défi d'autant plus remarquable qu'Ernest Blanc n'était pas germanophone et qu'il a appris sa partie de façon purement phonétique. Sollicité pour incarner ensuite Wotan, il refuse ce rôle par excès de modestie, prétendant ne pas avoir l'envergure du personnage. La carrière d'Ernest Blanc se déroulera jusqu'à ces adieux à Nice, en 1993, dans Manon de Massenet, en passant par les quatre coins du monde, de Bayreuth à la Scala et au Théâtre Colón de Buenos Aires. Passant avec un bonheur égal de Wagner au répertoire italien et surtout dans le répertoire français, à la suite de René Bianco, de Michel Dens et de Jean Borthayre, Ernest Blanc fit partie avec Robert Massard et Gabriel Bacquier, de cette écurie de très grands barytons qui firent la gloire de notre art lyrique national dans les dernières décennies du siècle passé.

Sa discographie, essentiellement éditée par EMI, comporte plusieurs récitals, des extraits d'opéras français en un seul disque et la participation à trois intégrales mémorables que nous évoquons dans la page liée à ce paragraphe.

Enfin, un ouvrage récent retrace merveilleusement la carrière d'Ernest Blanc associée à celle de la grande mezzo franco-belge, Rita Gorr, qui avait été sa partenaire à Bayreuth dans Lohengrin.